Exit

Nightmares can be very disturbing Il n'est pas rare pour les hommes d'éprouver des troubles du sommeil et des cauchemars suite à l'abus sexuel d'enfant ou d'agression sexuelle. Le problème avec les cauchemars, c'est qu'ils ne peuvent pas seulement être troublant en soi, mais peut ramener douloureux, souvenirs bouleversants liés à l'abus sexuel ou d'agression sexuelle. Les cauchemars peuvent survenir jours, semaines, mois ou années après un événement violent, apparaître une seule fois ou être récurrents. Ils peuvent apparaître de nulle part, être difficile à comprendre et si leur contenu se réfère à des abus sexuels est difficile d'expliquer aux autres. Voici quelques informations sur les cauchemars, ainsi que des suggestions quant à la façon de traiter avec eux.

Quelques effets des cauchemars

Les cauchemars peuvent produire les effets suivants:

  • Des sentiments de solitude, détresse, vulnérabilité, peur, anxiété, tristesse, colère, la culpabilité et la honte.
  • Réaction physique, tels que des difficultés respiratoires, oppression thoracique, sueurs et tremblements.
  • Les difficultés de sommeil – problèmes d'aller au lit et dormir, peur de dormir seul ou à dormir avec quelqu'un.

Malheureusement, attentes de la société que l'homme doit toujours se sentir en contrôle et être capable de gérer tout ce qui est jeté à lui peut ajouter aux difficultés des hommes à faire face à ces effets communs. Ces attentes irréalistes de genre peuvent avoir des hommes eux-mêmes évaluer en fonction de leur capacité à gérer des cauchemars et il peut être difficile de demander de l'aide.

Ensuite, Je n'ai pas dormi. Je me réveillais en sueur, tous tendus vers le haut. Mes colocataires m'ont dit qu'ils ne pouvaient entendre ce qui ressemblait à un cri étouffé. Je ne pouvais pas leur dire.

Naturellement, cauchemars suivantes hommes peuvent se préoccuper de leur contenu, essayer de les trier et leur donner un sens. Cependant, souvent le silence et le secret qui entoure les abus sexuels peuvent obtenir de la manière d'hommes parlant avec des partenaires, amis et la famille.

Ce que vous pouvez faire pour gérer des cauchemars à l'époque

Nightmares se produisent et il ya des choses que vous pouvez faire à court terme et à long terme pour faire face à leur. Voici quelques façons de gérer les cauchemars quand ils se produisent:

  • Rassurez-vous que vous êtes en sécurité et que l'événement traumatique que vous vous rappelez n'est pas le cas maintenant.
  • Respirez lentement et profondément.
  • Connaître et comprendre la réaction de votre corps comme des réactions physiologiques naturels à une expérience traumatisante; essayer de ralentir ces réactions physiques en continuant à respirer profondément et lentement, essayer de voir et d'imaginer vos muscles se détendre.
  • Situez-vous dans le présent; vérifier votre réalité actuelle en regardant autour de, choses touchantes, estampage vos pieds, regarder dans le miroir ou de parler à vous-même.
  • Confirmez votre sécurité physique – allumer les lumières, marcher autour de la maison, vérifier les verrous.
  • Prenez un verre d'eau.
  • Lavez votre visage ou de prendre un bain ou une douche chaude.
  • Concentrez-vous sur quelque chose d'autre: lire un livre ou un magazine, regarder la télévision, écouter la radio ou de la musique relaxante.
  • Parlez-en avec un partenaire, ami ou un parent qui est favorable.
Que pouvez-vous faire si cauchemars persistent

Si, dans la matinée, vous pouvez mettre de côté le cauchemar et se concentrer sur l'obtention et à faire ce qu'il est important pour vous, alors ne. Si, cependant, un cauchemar persiste ou devient particulièrement perturbateur, vous pouvez essayer l'exercice suivant.

  1. Choisissez un rêve / cauchemar désagréable, celui qui n'est pas un remake direct ou une reconstitution d'un événement douloureux et l'écrire.
  2. Ecrire le rêve désagréable dans autant de détails que vous le pouvez. Seulement dans ce récit du songe changer la fin de telle sorte que cela vous convient. Rappelez-vous qu'il est de votre choix pour ce faire et que vous pouvez arrêter d'écrire ou de penser à le rêve et faire autre chose tout moment vous voulez.
  3. Maintenant, apprendre à connaître cette nouvelle version préférée du rêve, le répéter chaque soir pendant environ 5-15 minutes avant d'aller dormir.
  4. Une fois que vous avez répété le rêve, effectuer un exercice de relaxation, celui que vous êtes familier avec et vous aide à vous endormir paisiblement. Si vous vous réveillez, il peut être utile de répéter cet exercice de relaxation, respirer profondément et lentement.
  5. Lorsque vous êtes convaincu que vous avez re-racontée le rêve désagréable pour mieux vous conviennent, vous pouvez choisir de travailler sur un autre cauchemar qui est légèrement plus intense que la précédente. Assurez-vous que ce processus est une augmentation progressive de l'intensité et ne fonctionne pas avec plus de 2 cauchemars en une semaine. Prenez également soin de vous; vous n'avez pas à décrire sur le contenu bouleversant dans le rêve.

C'est juste une façon de traiter avec des cauchemars. Si cela ne fonctionne pas pour vous ou si vous trouvez qu'il invite des flashbacks pendant la journée puis arrêter. Certaines personnes ont trouvé utile d'écrire les rêves et leur réaction à cela dans un journal ou une revue, comme un moyen de sortir de leur tête. Si vous continuez à être perturbé par des cauchemars ou sentez qu'il ya quelque chose que vous souhaitez travailler sur, il peut être utile de trouver un conseiller expérimenté qui vous pouvez travailler avec.

Remerciements: Adapté à partir des informations fournies dans le service d'agression sexuelle Brisbane, Fiche – ‘Gestion des cauchemars’ et Cracovie Hollister Field et al, “Imagerie thérapie de répétition cauchemars chroniques au survivantes d'agression sexuelle avec le syndrome de stress post-traumatique". Journal de l'American Medical Association Vol. 286 Aucun 5, 1 Août 2001

 

7 commentaires

  1. Comment by Aplin

    Aplin Répondre Juillet 5, 2016 à 11:43 pm

    I was sexually and physically abused several times during childhood and also when I was a teenager. I have seen psychiatrist and therapist over the years, but still not better. Any suggestions on what I should do? Merci

    • Comment by Jerry

      Jerry Répondre Septembre 16, 2016 à 11:09 pm

      The therapy and psychiatry are not designed to make you better. They are forms of study that can bring you down a path of healing, should you take that path. Best of luck to you my friend.

    • Comment by Beat

      Beat Répondre Septembre 21, 2016 à 6:20 pm

      Hey Alpin,

      I too was sexually, physically and mentally abused growing up. It wasnt until college age that I was in a safer place to work on the past I tried to shove into the back of my mind.

      I did a LOT of things to heal and be normal and here’s what I did:

      Stick with a good therapist. One that is on your side and understands things. You need that healthy response from a support system.
      Join a mens small group for sexual abuse. This actually helped me more than I could ever say. I found real people who went through similar (some of them worse) and shared that they experienced daily after effects just like me. It helps to lessen the burden of feeling the onlymessed up one” ou “crazy onethat I normally get.
      Read a lot of articles and recovery books. I purposely desensitized myself by reading other people’s stories. I even read those of transgendered people because they had experienced what I went through, just in a different setting.
      Prayed a lot. It doesn’t matter to me what you fill in the blank for religion/spirituality. But I’m not going to lie that talking to God didn’t get me through it. I was able to be angry, yell, question and hold my assailants guilty (as they will never be tried in a human court), and just talk out the crap. While I never had a red sea parting moment, I did in baby steps, heal from PTSD. Of course this is very personal and may not apply to everyone.
      PROCESSED THE EMOTIONS. This is the most important part. It is recommended you do this with a therapist as it can be overwhelming by yourself. The more abuse you went through, the more times you will have to do this, as it is best to take it one event at a time.

      Good luck to you Aplin! It takes time but I know you will get better.

    • Comment by Jess [Personnel bien Surface]

      Jess [Personnel bien Surface] Répondre Octobre 5, 2016 à 11:14 sur

      Hi Alpin,

      First I want to commend you for taking steps to work through your difficulties, and for not giving up. I know it can be disheartening when things progress slower than you would likeit can be helpful to keep in mind that sometimes this is what is needed. To move through things at a pace that isn’t overwhelming, knowing that you are processing things in the background and always moving forward, even when it feels otherwise.

      The first step is to look after your own health and wellbeing. Engage in self carephysical and mental. Build up your safety and stability, as this will bring you to a place where you can manage and cope with the things underneath.

      And finally, while I know therapy hasn’t been helpful so far, I can’t recommend enough that you find a therapist or counsellor with experience in trauma and/or sexual abuse. This is a very specialised area that in which a therapist needs specific training and experience. Keep trying to find one who works for you, as all professionals have their own style and it may not always be the first, second or even third that suits you as an individual.

      Know that recovery is possible and help is available. I wish you the best.

      And a big thank you to everyone else for your comments. While everyone’s experiences and recovery are different, it is wonderful to hear what has worked for some, and to see people reaching out to support each other.

  2. Comment by Quinn

    Quinn Répondre Janvier 22, 2017 à 11:13 sur

    Ever since I was little, I’ve had these dreams. No one is ever on them. No voices. I do hear a monotone hum while these black lines and blobs move and spin. It doesn’t sound scarry but it does make me frightened to even remember these dreams and the very thought makes me so dizzy. Anyone else ever experience this?

  3. Comment by alyssa

    alyssa Répondre Juin 13, 2017 à 3:24 pm

    i was sexually assulted at a young age, it was my uncle. we were having a party at his house, i got tired so i went to the guest room to sleep, later that night he came in there and raped me. in the middle of it i woke up, i tried screaming but he held me down and covered my mouth. ive went to therapy, it sorta helped. but since then ive had the same sickining dream, i wake up gasping for breath, and sobbing. im scared some nights to go to sleep, ive never tried writing this story down before, and ive only talked about it to my mom, boyfriend, and therapist. im hoping this will help.

  4. Comment by Michelle

    Michelle Répondre Novembre 10, 2017 à 8:32 sur

    I was assaulted last year. My friends and family were all very supportive, I went to a few therapy sessions and my university expelled my rapist. Coping of course wasn’t easy at first, but I feel that I’ve dealt with this experience in a relatively healthy way. It is now the anniversary of my assaultI remember because I came home from the hospital only to find that Donald Trump won the election, traumatizing me even further. I’ve had multiple nightmares each night for five consecutive nights, some of them about being assaulted and others just generally terrifying. My roommate tells me she hears me whimpering in my sleep. I’m exhausted, but also afraid to go back to sleep. What can I do differently to get some rest?

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *

Close
Go top